•  

     

      1968   Le Rapace      
     Film

    François de Roubaix


       
    José Giovanni 

    «Le Rapace» est un film franco-italo-mexicain de José Giovanni sorti le 6 avril 1968. Il est basé sur le roman éponyme de l'auteur écossais John Carrick traduit en France en 1966 dans la collection Série noire.

       
     
     
    Synopsis 

    A Vera Cruz, en 1938, un aventurier et tueur à gages, le Rital, a fait évader des prisonniers politiques, et se joint à un groupe de conjurés qui fomentent un coup d'État. Le Rital doit abattre l'actuel président. Il entreprend de surveiller la demeure de la Camito, maîtresse du président, en compagnie de Miguel, un jeune homme idéaliste et exalté qu'il surnomme Chico. Ils ignorent tous deux que le plan des conjurés prévoit leur élimination...

     

     
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1991   Nestor Burma générique de fin      
     Film

    Guy Marchand


       
     

    «Nestor Burma» est une série télévisée française en 39 épisodes de 90 minutes créée d'après le personnage éponyme de Léo Malet et diffusée entre le 29 septembre 1991 et le 29 novembre 2003 sur Antenne 2 puis France 2. Rediffusion sur M6. Depuis 2005, la série est régulièrement rediffusée sur France 2, Direct 8/D8, Paris Première, Jimmy et Réunion 1re.

       
     
     
    Synopsis 

    Cette série met en scène les enquêtes du célèbre détective privé Nestor Burma. Les scénarios des premières saisons étaient adaptés des livres de Léo Malet, mais ceux-ci firent ensuite place à des scénarios originaux.

     

     
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1967   Les Demoiselles de Rochefort      
     Film

    Michel Legrand


       
    Jacques Demy

    «Les Demoiselles de Rochefort» est un film musical franco-américain écrit et réalisé par Jacques Demy, sorti en 1967, et mettant en vedettes Catherine Deneuve et Françoise Dorléac

       
    La Chanson Des Jumelles ♪ DELPHINE et SOLANGE Nous sommes deux soeurs jumelles Nées sous le signe des gémeaux Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do Toutes deux demoiselles Ayant eu des amants très tôt Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do DELPHINE Nous fûmes toutes deux élevées par Maman Qui pour nous se priva, travailla vaillamment SOLANGE Elle voulait de nous faire des érudites Et pour cela vendit toute sa vie des frites. DELPHINE et SOLANGE Nous sommes toutes deux nées de père inconnu Cela ne se voit pas, mais quand nous sommes nues Nous avons toutes deux au creux des reins C'est fou... DELPHINE ... là un grain de beauté... SOLANGE ... qu'il avait sur la joue DELPHINE et SOLANGE Nous sommes deux soeurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do Aimant la ritournelle, les calembours et les bons mots Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol rédo. DELPHINE Nous sommes toutes deux joyeuses et ingénues... SOLANGE ... attendant de l'amour ce qu'il est convenu... DELPHINE ... d'appeler coup de foudre... SOLANGE ... ou sauvage passion... DELPHINE et SOLANGE ... nous sommes toutes deux prêtes à perdre raison Nous avons toutes deux une âme délicate DELPHINE Artistes passionnées... SOLANGE ... musiciennes... DELPHINE ... acrobates... SOLANGE ... cherchant un homme bon... DELPHINE ... cherchant un homme beau... DELPHINE et SOLANGE ... bref un homme idéal, avec ou sans défauts Nous sommes deux soeurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do Du plomb dans la cervelle, de la fantaisie à gogo Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do SOLANGE Je n'enseignerai pas toujours l'art de l'arpège J'ai vécu jusqu'ici de leçons de solfège Mais j'en ai jusque-là, la province m'ennuit Je veux vivre à présent de mon art à Paris. DELPHINE Je n'enseignerai pas toute ma vie la danse A Paris moi aussi je tenterai ma chance Pourquoi passer mon temps à enseigner des pas Alors que j'ai envie d'aller à l'opéra DELPHINE et SOLANGE Nous sommes deux soeurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do Deux coeurs, quatre prunelles, à embarquer allegreto Mi fa sol la mi ré, ré mi fa sol sol sol ré do DELPHINE Oh ! Midi moins le quart. Cà y est, je suis en retard. SOLANGE Delphine ! DELPHINE Oui. SOLANGE Tu vas chercher Boubou ? DELPHINE Oh tu peux pas y aller ? SOLANGE J'irai cet après-midi. DELPHINE J'peux pas sortir avec ça ! Oh puis si. Oh puis non. J'ai rendez-vous à midi avec Guillaume, je n'y serai jamais. SOLANGE Qu'est-ce qu'il veut encore celui-là ? DELPHINE Je ne sais pas... me voir. SOLANGE Oh bien il attendra. Tu rentres déjeuner ? DELPHINE Oui. Mais pas avant une heure. Qu'est-ce que j'ai fait de mon poudrier ? Ah non je l'ai. DELPHINE et SOLANGE Jouant du violoncelle, de la trompette ou du banjo Aimant la ritournelle, les calembours et les bons mots Du plomb dans la cervelle, de la fantaisie à gogo Nous sommes soeurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux SOLANGE Au revoir. DELPHINE Au revoir.
    Les Demoiselles de Rochefort
    Synopsis 

    Le film commence par l'arrivée d'un groupe de forains, dirigé par Étienne et par son mécanicien Bill. Ils s'installent sur la place de Rochefort.

    Delphine et Solange sont des jumelles d'une vingtaine d'années qui enseignent respectivement la musique et la danse à Rochefort. Élevées par leur mère, Yvonne Garnier, qui tient un café sur la place Colbert accompagné de leur grand-père et d'une serveuse Josette, elles n'ont jamais connu leur père et cherchent le grand amour. Maxence, un marin, peintre et poète, est lui aussi à la recherche de son idéale, tout comme il le chante au café d'Yvonne ; il y raconte son parcourt à travers le monde à la recherche de l'amour.

    Delphine se rend chez son amoureux, Guillaume Lancien pour lui annoncer que c'est fini entre eux. Chez lui, elle y découvre un portrait d'« idéal féminin » qui lui ressemble étrangement. Elle se rend ensuite chez Simon Dame, gérant d'un magasin de musique, autrefois abandonné par Yvonne (sans que Delphine ne le sache) à cause de son nom de famille (« Elle refusait le nom de Madame Dame » dit-il). Il ne connaît pas l'existence de son fils Boubou, fils d'Yvonne et demi-frère des jumelles. En allant de chercher au retour de l'école, Delphine y croise Étienne et Bill qui emmènent Boubou pour lui payer des bonbons.

    Yvonne raconte de son côté sa relation avec Simon, et rencontre après Subtil Dutrouz, un ami de son père, les forains, qui « voyagent de ville en ville ». C'est au tour de Solange d'aller chercher Boubou l'après-midi. Elle croise une nouvelle fois les forains mais refuse que Boubou aille avec eux. Boubou jette son cartable de colère et Solange, ramassant ses affaires, croise le regard d'Andrew « Andy » Miller, un pianiste américain de passage. Ils tombent amoureux au premier regard. Elle oublie de ramasser la partition de son concerto, Andy la prend donc et est tout de suite charmé par la mélodie. C'est à lui de partir à la recherche de son idéale.

    Étienne et Bill tombent sous le charme des jumelles après avoir été abandonnés par leurs danseuses et amantes. Ils leurs propose de les remplacer pour le spectacle de la kermesse. Elles acceptent, à condition qu'elles partent pour Paris avec eux le lundi.

    Maxence doit partir en permission à Nantes (d'où son jeu de mots « Je vais en perm'à Nantes ») et apprend au même moment par Yvonne le meurtre d'une certaine Pélagie Rosier. Sur les lieux du crime, Maxence rencontre Solange sur sa route et Andy rencontre Delphine. Celle-ci lui mène le chemin vers son vieil ami Simon Dame. Andy le retrouve et Simon lui mène la voie vers son idéale. Après la kermesse, les forains avouent leur amour pour les jumelles, mais elles les ignorent.

    Le lendemain, on apprend que l'assassin de Pélagie Rosier était Dutrouz. Alors que Delphine et Josette partent avec les forains vers Paris, Solange retrouve Andy, son idéal masculin, Simon et Yvonne se recroisent devant l'école de Boubou et retombent amoureux, et Maxence part en stop pour Paris au moment où le convoi des forains quitte Rochefort, et monte dans le même camion que Delphine.

     

     
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1976   Le Corps de Mon Ennemi      
     Film

    Francis Lai


       
    Henri Verneuil

    «Le Corps de mon ennemi» est un film français réalisé par Henri Verneuil  sorti le 13 octobre 1976 en France, et inspiré d'un roman du même nom écrit par Félicien Marceau.

    Le film est un film d'enquête sur fond classique de politique, d'affaires et de drogue. Il comporte une sévère satire de la vie bourgeoise provinciale qui constitue en réalité la vraie trame du film. Sa forme se distingue par ses fréquents « flashback », clarifiant au fur et à mesure l'action du héros du film, François Leclercq. Ce n'est qu'à la fin du film que l'on découvre avec exactitude les circonstances du crime, et par là même le degré de culpabilité du héros - mais l'intrigue policière a ici moins d'importance que la dénonciation de l'ambiance conformiste des "Trente Glorieuses".

    Jean-Paul Belmondo et Marie-France Pisier se donnent pour la première fois la réplique dans cette septième collaboration entre Belmondo et Verneuil.

       
     
    Synopsis 

    Après avoir purgé une peine de sept ans de réclusion pour un double meurtre qu'il n'a pas commis, François Leclercq revient dans sa ville, Cournain , dans la région de Lille. Il veut tirer au clair cette sombre affaire et connaître ceux qui ont tiré les ficelles de la machination dont il se sait victime. Il se rappelle sa fulgurante ascension sociale dans une ville entièrement dédiée à l'industrie textile, jusqu'au crime qui le mena devant les assises.

     

     
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1970   On L'Appelle Trinita      
     Film

    Franco Micalizzi


       
    Enzo Barboni

    «On l'appelle Trinita» (titre original: Lo chiamavano Trinità...) est un film italien réalisé par Enzo Barboni, sorti en 1970.

       
     On l'appelle Trinita
    Synopsis 

    Un cow-boy solitaire, fine gâchette, rejoint son frère qui a pris l'identité d'un shérif pour voler les chevaux d'un homme qui veut chasser une communauté mormone de ses terres.

     

     
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1948   Le Troisième Homme  André Rieu : The Third man    
     Film

    Anton Karas


       
    Carol Reed

    «Le Troisième Homme» (The Third Man) est un film britannique réalisé par Carol Reed sur un scénario de Graham Greene, tourné en 1948 sur le champ de ruines de la ville de Vienne, sorti en 1949. Le Troisième Homme a reçu le Grand prix du festival de Cannes 1949, et est souvent considéré comme l'un des meilleurs films noirs.

    Le célèbre Thème d'Harry Lime de l'indicatif à la cithare connut alors un succès planétaire. Cet air répétitif et enivrant a été composé puis joué par Anton Karas, qui se fit connaître ainsi, après avoir été repéré par Carol Reed dans un restaurant viennois proche de la Grande Roue du Prater.

    La Musique du film "Le Troisième Homme "
    La cithare autrichienne fut notamment popularisée internationalement en 1949 grâce au "Harry Lime Thème" de l'indicatif du film Le Troisième Homme, composée et jouée par Anton Karas dans une taverne près de la grande roue du Prater à Vienne, qui restera l'un des succès de base de la cithare.

    Le thème du film se classa durant onze semaines en tête des meilleures ventes de disques américaines entre avril et juillet 1950. Anton Karas ouvrit ensuite un restaurant sur les hauteurs de Vienne.

       
    André Rieu : The Third man
    Synopsis 

    L'Américain Holly Martins, petit écrivain besogneux, se rend à Vienne sur l'invitation de son ancien compagnon d'études Harry Lime, qui lui a fait miroiter l'occasion de gagner de l'argent. Mais il y arrive pour assister aux obsèques de son ami, qui a été écrasé par une voiture. Désireux d'en savoir plus, Martins rencontre d'anciens amis de Lime, tous quelque peu louches. Officiellement, deux d'entre eux auraient recueilli le corps de Lime juste après l'accident. Mais le concierge de l'immeuble où habitait Lime assure qu'un troisième homme se trouvait là.

    Le concierge est retrouvé assassiné peu après. Martins échappe de justesse à des tueurs. Un officier de la police militaire britannique, le major Calloway, lui déclare que ce qu'il a de mieux à faire est de quitter Vienne, et lui révèle que Lime était impliqué dans un réseau qui trafiquait de la pénicilline frelatée sur le marché noir. Martins choisit de rester, résolu à tirer au clair cette affaire et à identifier le troisième homme, soupçonnant que Harry Lime puisse en fait être toujours en vie, et attiré aussi par Anna, l'amie de Harry.

    Martins va aller de surprise en surprise dans les décombres de cette Vienne misérable et cynique de l'immédiat après-guerre, divisée en quatre secteurs d'occupation alliés. La ville est dépeinte par Carol Reed avec un véritable souci documentaire, et en même temps la force d'un style cinématographique qui se ressent de l'influence de l'expressionnisme allemand.

     
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1964   Les Parapluies de Cherbourg Catherine Deneuve     
     Film

    Michel Legrand


       
    Jacques Demy

    «Les Parapluies de Cherbourg» est un film musical franco-ouest-allemand de Jacques Demy, sorti en 1964. C'est le premier des deux films entièrement chantés de Jacques Demy, le second étant Une chambre en ville (1982).

    Il associe, d'une part des partis pris irréalistes totalement assumés d'un film « en-chanté » (dialogues intégralement chantés, décors aux couleurs saturées accordées aux tenues des personnages) ; d'autre part un souci de rendre compte des réalités économiques, sociales et politiques notamment en datant précisément les parties du film. C'est un des premiers et rares films français à évoquer la guerre d'Algérie.

    Lauréat du prix Louis-Delluc en 1963, récompensé par une Palme d'or au festival de Cannes de 1964, le film a connu un immense succès critique et populaire, une carrière internationale, des adaptations théâtrales, entre autres à New York et Paris, mais aussi des critiques contre certains choix esthétiques.

    Le film offre son premier grand rôle à Catherine Deneuve, et va lancer définitivement sa carrière. Elle confiera plus tard qu'elle n'était pas sûre de vouloir faire du cinéma jusqu'à sa rencontre avec Jacques Demy pour le film, qui en fera sa muse.

    Une version française, Les Moulins de mon cœur, sur des paroles d'Eddy Marnay, a été interprétée entre autres par Michel Legrand lui-même, Sylvie Vartan, Jeanne Mas, Frida Boccara, Grégory Lemarchal, Natalie Dessay, Julia Migenes, Didier Barbelivien, Amaury Vassili, Dany Brillant, Claude François, Noëlle Cordier, Mireille Mathieu, Marcel Amont ainsi que Caterina Valente (qui l'interprétera régulièrement en français ou en anglais dans ses concerts).

       
    Depuis quelques jours je vis dans le silence Des quatre murs de mon amour Depuis ton départ l'ombre de ton absence Me poursuit chaque nuit et me fuit chaque jour Je ne vois plus personne j'ai fait le vide autour de moi Je ne comprends plus rien parce que je ne suis rien sans toi J'ai renoncé à tout parce que je n'ai plus d'illusions De notre amour écoute la chanson Non je ne pourrai jamais vivre sans toi Je ne pourrai pas, ne pars pas, j'en mourrai Un instant sans toi et je n'existe pas oh mon amour ne me quitte pas Mon amour je t'attendrai toute ma vie Reste près de moi reviens je t'en supplie J'ai besoin de toi je veux vivre pour toi Si tu revenais Oh mon amour ne me quitte pas Ils se sont séparés sur le quai d'une gare Ils se sont éloignés dans un dernier regard Oh je t'aime ne me quitte pas Ne me quitte pas.
       
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1970   Les choses de la vie      
     Film

    Philippe Sarde.


       
    Claude Sautet

    «Les Choses de la vie» est un film français réalisé par Claude Sautet  et sorti en 1970. Il s'agit d'une adaptation du roman du même nom Les Choses de la vie de Paul Guimard datant de 1967.

       
    Ce soir nous sommes septembre et j'ai fermé ma chambre Le soleil n'y entrera plus Tu ne m'aimes plus Là-haut un oiseau passe comme une dédicace Dans le ciel Je t'aimais tant Hélène Il faut se quitter Les avions partiront sans nous Je ne sais plus t'aimer Hélène Avant dans la maison j'aimais quand nous vivions Comme un dessin d'enfant Tu ne m'aimes plus Je regarde le soir tomber dans les miroirs C'est la vie C'est mieux ainsi Hélène C'était l'amour sans amitié Il va falloir changer de mémoire Je ne t'écrirai plus Hélène L'histoire n'est plus à suivre et j'ai fermé le livre Le soleil n'y entrera plus Tu ne m'aimes plus

     Synopsis

    Pierre (Michel Piccoli), architecte d'une quarantaine d'années, est victime d'un accident de voiture. Éjecté du véhicule, mortellement blessé et dans le coma, au bord de la route, il revoit son passé et les deux femmes qui comptent dans sa vie : Catherine (Lea Massari), dont il est séparé et avec qui il a eu un fils, et Hélène (Romy Schneider), avec qui sa relation amoureuse est à un tournant.

    Pendant ce temps, il revoit sa vie en accéléré et réalise alors l'importance de ces multiples petites choses de l'existence, ces joies et ces peines qui constituent le bonheur de toute une vie. L'état de Pierre constitue la trame du film : sans aucune conscience de la mort qu'il est en train de rencontrer, et naïvement obsédé par sa "fatigue", son monologue intérieur tourne sans cesse autour de la nécessité de ne surtout pas laisser traîner une lettre qui donnerait un sens tout autre à son rapport aux autres.

    .

    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1989   Cinéma Paradiso      
     Film

    Ennio Morricone et Andrea Morricone


       
    Giuseppe Tornatore

    Cinema Paradiso (Nuovo cinema Paradiso) est un film italien réalisé par Giuseppe Tornatore, sorti le 20 septembre 1989.

       

     Synopsis

    Depuis qu'il a quitté Giancaldo, le village de Sicile dont il est originaire, Salvatore Di Vita n'y est plus jamais revenu. Dans les années 1980, il vit à Rome depuis 30 ans, où il est devenu un cinéaste célèbre.

    Un soir, lorsqu'il rentre chez lui, il reçoit un appel de sa mère annonçant la mort d'un certain Alfredo. Pendant la nuit, le souvenir d'Alfredo renvoie Salvatore quarante ans en arrière, le replonge dans son enfance, son village, parmi les personnages qui l'ont peuplé :

    À la fin des années quarante, Salvatore (qu'on surnommait alors Totò) est un enfant pauvre qui vit avec sa sœur et sa mère dans l'attente du retour de son père, envoyé combattre en Russie. Il est enfant de chœur pour Don Adelfio, à la fois curé, gérant de la salle de cinéma paroissiale (le Cinema Paradiso) et comité de censure : avant projection publique, il fait couper par Alfredo chaque scène qu'il juge « impudique » (simple baiser ou corps dénudé).

    Fasciné par le septième art, Totò essaye en vain d'assister en cachette à ces projections privées et de voler quelques photogrammes coupés par le projectionniste Alfredo, qui, au début, se montre un peu revêche, importuné par les intrusions du gamin dans sa cabine de projection. Malgré l'opposition de sa mère, Totò commence à le fréquenter assidûment.

    Il ne tarde pas à faire appel au bon cœur de son vieil ami : à l'occasion des épreuves du certificat d'études, Alfredo et le garçonnet se retrouvent dans la même salle d'examen. Le projectionniste, qui est illettré, tente alors d'obtenir des réponses de son jeune ami. Totò passe alors avec lui un accord : en échange des solutions de l'épreuve, le projectionniste lui enseignera toutes les ficelles du métier.

    Un soir cependant, alors que la salle doit fermer, et que le public réclame à grands cris une deuxième projection de Les Pompiers chez les pin up (I Pompieri di Viggiù), Alfredo et Totò décident de le satisfaire en projetant le film à l'extérieur, sur la façade d'une maison. Mais une distraction d'Alfredo provoque un incendie qui rapidement se propage à toute la cabine de projection. Totò réussit à sauver son ami, mais ce dernier, les yeux brûlés, reste aveugle.

    Grâce à Spaccafico, un villageois originaire de Naples devenu millionnaire au Totocalcio (it), la salle de cinéma est reconstruite et prend le nom de Nuovo Cinema Paradiso. C'est le début d'une nouvelle aventure pour Totò, puisque c'est lui désormais qui projette les films, et qu'ils ne sont plus censurés par le curé. Durant cette période, Totò, devenu adolescent, fait la connaissance d'Elena, étudiante, fille de bourgeois aisés. Une idylle se noue, que la belle-famille n'apprécie pas.

    Pendant que Totò fait son service militaire à Rome, il perd complètement la trace d'Elena, partie avec sa famille s'installer sur le continent. De retour à la vie civile, il retrouve Alfredo, confiant dans ses dons artistiques, qui lui conseille alors d'abandonner la Sicile, pour toujours, et d'aller faire sa vie à Rome. On comprend qu'en ne revenant pas pendant trente ans, Salvatore était resté fidèle au dernier conseil d'Alfredo.

    Après ce dernier souvenir, Salvatore revient à la réalité présente. Il a fait carrière dans l'industrie cinématographique : il est aujourd'hui un réalisateur riche et célèbre, mais, hanté par le souvenir d'Elena, n'est pas satisfait de sa vie privée.

    L'enterrement d'Alfredo est alors l'occasion de revenir en Sicile et de renouer avec son passé. Devenu un cinéma érotique avant de fermer ses portes, il y a presque six ans, le Nuovo Cinema Paradiso est à l'abandon. Il vient d'être vendu à la ville pour être remplacé par un parking. Salvatore ne peut qu'assister impuissant à sa démolition, symbole de cette crise que le cinéma italien traverse depuis longtemps.

    Dans la version Director's cut, le réalisateur retrouve Elena, maintenant mariée avec Boccia, vieux camarade de classe de Totò devenu député régional. Et Salvatore apprend qu'Alfredo avait été l'instigateur de sa rupture avec Elena qui aurait pu freiner, selon lui, sa carrière au cinéma.

    Après quoi, Salvatore rentre à Rome avec une bobine de film qu'Alfredo avait laissée à sa veuve pour lui. Salvatore visionne dès son arrivée ce film qu'Alfredo lui a laissé en héritage. C'est la dernière scène du film. Ultime clin d'œil et message posthume d'Alfredo, c'est un montage de toutes les séquences - tous les baisers - coupées par la censure de Don Adelfio. Cet héritage d'Alfredo est la meilleure image de l'immortalité du cinéma.

    .

    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire
  •  

     

      1971   Un Été 42      
     Film

    Michel Legrand


       
    Film

    Michel Legrand reçoit l'Oscar de la meilleure musique de film pour Un été 42 de Robert Mulligan (1971) dont la chanson-thème The Summer Knows par Barbra Streisand rencontre le succès. Entre 1971 et 1975, nommé vingt-sept fois aux Grammy Awards, il en remporte cinq. Il décroche un troisième Oscar pour Yentl de Barbra Streisand en 1983. La même année, il compose la bande sonore de Jamais plus jamais de Irvin Kershner, ultime James Bond avec Sean Connery dont la chanson-titre est écrite par Alan et Marilyn Bergman.

    Il a composé à ce jour plus de deux cents musiques pour le cinéma et la télévision.

       
     
    C'était l'été 42 On hésitait Encore un peu Entre l'amour et l'amitié Et puis un jour Tout simplement tu t'es offerte C'était l'été 42 J'avais quinze ans Tu étais belle Autour de nous c'était la guerre Et moi dans tes bras Je criais : je t'aime! Dans mes bras Tu pleurais : je t'aime On avait peur On était heureux C'était l'été 42 J'avais quinze ans Tu étais belle C'était l'été de mon premier amour.
    The summer smiles The summer knows And unashamed She sheds her clothes The summer smoothes The restless sky And lovingly She warms the sand On which you lie The summer knows The summer's wise She sees the doubts Within your eyes And so she takes Her Summertime Tells the moon to wait And the sun to linger Twist the world Round her summer finger Lets you see The wonder of it all And if you've learned Your lesson well There's little more For her to tell One last caress It's time to dress For fall... And if you've learned Your lesson well There's little more For her to tell One last caress It's time to dress For Fall...
    C'est l'été de l'année 1942. Herbert 15 ans vit sur l'île américaine de Nantucket avec ses parents et deux amis, Oscar et Bernard — tous trois semblent peu se soucier de la Seconde Guerre mondiale qui ailleurs fait rage. Les trois compères n'ont qu'une idée en tête : les filles. En même temps qu'avec ses deux amis il essaye de mettre en pratique le sexe en se basant sur un manuel médical qui consacre quelques pages au sujet, livre que l'un d'eux a dérobé à ses parents, Herbert tombe sous le charme d'une femme d'à peu près deux fois son âge, dont il sait dès le début qu'elle en aime un autre, son mari, un soldat parti à la guerre. Herbert fait la connaissance de cette femme, Dorothée ; elle le considère comme un garçon serviable et attirant. Avec ses deux amis, Herbert rencontre Aggie, une jeune fille un peu plus âgée que lui qu'il essaie maladroitement de séduire, plus par orgueil vis-à-vis de ses camarades qu'à cause d'une réelle attirance pour elle. Mais Oscar se montre plus entreprenant et a plus de réussite auprès de Miriam, sa propre conquête. Herbert se rend ensuite régulièrement chez Dorothée. Une fois, il trouve la maison silencieuse et comprend bien vite pourquoi en voyant un télégramme de l'armée annonçant la mort du mari de Dorothée au front. Herbert console celle-ci comme un homme, rien qu'une nuit. À l'aube, elle a disparu, ne lui laissant qu'un message d'adieu. Ils ne se reverront jamais plus, mais cette femme l'aura marqué pour toujours.   
    Remerciements à : La Coccinelle  Wikipédia  Paroles.net  Public.Ados  Nostalgie  Parolesbox  Parole-Traduction  GreatSong  Lyrics
     Compteur de visiteurs en temps réel      Modèle  Photos  Création & Techniques  Photos  

     

       
      accueil  

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique